/medias/image/15599757835d2c48078d558.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Témoignage d'Arnaud Nacinovic, étudiant sage-femme à l'UVSQ

Interviews, témoignages & portraits

-

27/03/2018

Arnaud Nacinovic, 24 ans, est étudiant en 5e et dernière année d’études de maïeutique (science de l’accouchement) à l’université de Versailles-Saint-Quentin (UVSQ). Après une première année en PACES, il a décidé de s’orienter vers le concours de sage-femme, en dépit des a priori culturels sur cette profession.


“Je suis entré en première année de PACES (1ère année commune aux études de santé) après un baccalauréat scientifique. Après avoir raté le concours d’entrée en études de médecine, j’ai été admis à redoubler. J’ai alors décidé de passer le concours de sage-femme, tout en m’inscrivant dans une école d’infirmiers pour mettre toutes les chances de mon côté. Les filières de pharmacie, dentaire ou kiné ne m’intéressaient pas, il me semblait que les études de Sage-femme étaient les plus proches de celles de médecin. 

Parmi mes amis, j’ai été le seul à faire ce choix. Beaucoup d’entre eux ont été surpris. Ils me disaient qu’ils ne me voyaient pas dans cette filière, notamment en raison de l’image féminine qui lui est associée, mais aussi par méconnaissance de ce métier qu’ils confondaient avec auxiliaire de puériculture ou aide-soignant.


"Mes amis ne me voyaient pas dans cette filière"


J’ai tenu bon. Les échanges avec des étudiantes sages-femmes et des hommes exerçant ce métier m’ont rassuré. Après avoir passé le concours, j’ai été admis en liste d’attente. C’est donc avec anxiété que j’ai attendu les résultats durant deux semaines. A ma grande joie, j’ai été pris. Second soulagement, je n’étais pas le seul homme de la promotion. Ma famille a accueilli la nouvelle avec beaucoup de fierté, sans réactions négatives.

Les études de sage-femme se font en alternance entre stages pratiques et théorie sur les bancs de la fac. Il faut se l’avouer, dans les services de maternité, un homme sage-femme ne passe pas inaperçu même si nous sommes de plus en plus nombreux. On me pose souvent des questions sur mon parcours, mais je n’ai pas l’impression d’être traité différemment de mes collègues femmes.  S’ils sont souvent étonnés de trouver un homme, les futurs parents oublient vite...


Pour découvrir la suite de cet article, cliquez sur le lien suivant : https://start.lesechos.fr/continuer-etudes/temoignages-etudiants/etudiant-en-medecine-j-ai-passe-le-concours-de-sage-femme-11352.php?CCJBbxuIzptRrz3W.99 

1857 vues Visites

J'aime

  • témoignage
  • interview
  • étudiant
Retours aux actualités

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Conférence, séminaire, colloque...

Forum Logement UVSQ

User profile picture

Camille PARIS

03 juin

Conférence, séminaire, colloque...

Appel à idées pour le thème TEDx Saclay 2019 "Résonances"

User profile picture

Camille PARIS

21 mai

Interviews, témoignages & portraits

Témoignage de Francine Lanceleur, directrice générale de MediHandTrace diplômée 2015

User profile picture

Camille PARIS

18 octobre

alumni.uvsq.fr