Accès membre

fr
/medias/image/15079802165b3b3fff75412.png

Portrait d'Alexandre Criscolo, aujourd'hui co-fondateur de FITNSS

  • 27 sept. 2018
  • -
  • Catégorie : Interviews, témoignages & portraits
  • -
  • Auteur : Camille PARIS
  • -
  • Vu : 674 fois
Portrait d'Alexandre Criscolo, aujourd'hui co-fondateur de FITNSS

Alexandre Criscolo obtient en 2013 un DUT Gestion administrative et commerciale des organisations à l'IUT de Rambouillet avant de poursuivre sa formation en Management commercial dans une école de commerce. Après ses études et un voyage en Angleterre pour améliorer son anglais, il décide de revenir en France afin de créer FITNSS avec un ami.


Parlez-nous de votre entreprise. Que faites-vous exactement ?
Nous avons fondé
FITNSS afin de permettre aux particuliers de trouver facilement des séances de sport encadrés par des coach professionnels. C'est un site de réservation de séances à la carte et sans engagement. Ils peuvent choisir ainsi leurs séances en fonction de leur emploi du temps, du lieu et du type d'activité. Nous avons un réseau important de salles de sport et de coachs indépendants avec qui nous sommes en partenariat. Cela leur permet aussi de tester différents sports ponctuellement sans être obligé de s'inscrire dans une salle de sport ou de suivre le même cours chaque semaine.

Comment l'envie d'entreprendre vous est-elle venue ?
Nous avons toujours eu envie d'entreprendre. L'idée nous est venue en faisant deux constats : nous avions des connaissances qui venaient de terminer des études en STAPS et qui rencontraient des difficultés pour trouver des clients et des personnes dans notre entourage qui s'inscrivaient dans des salles de sport, payaient un abonnement à l'année mais n'y allaient pas régulièrement. Ce n'était pas rentable pour eux. On a donc décidé de répondre à ces deux problématiques.

Qu'est-ce qui vous apporte le plus de satisfaction ?
C'est très motivant de créer son entreprise, de voir son propre projet se concrétiser. On a envie de se lever le matin et c'est un univers très stimulant. Certains jours sont plus difficiles que d'autres évidemment, la charge de travail est importante mais je gère beaucoup de choses différentes, je touche à tout et c'est très enrichissant.

Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous avez fait face ?
On rencontre des difficultés tous les jours, c'est un challenge permanent. Nous sommes des adeptes du test and learn c'est-à-dire qu'on teste beaucoup de choses, certaines marchent et d'autres non et c'est comme ça que l'on apprend. Mais si on devait retenir les principales difficultés, je dirais que c'est d'obtenir des contacts, d'accroitre son réseau. Et puis il a été aussi difficile pour nous en tant que commerciaux de se pencher sur la partie technique de création d'un site web. Nous avons dû nous entourer de développeurs.

Avez-vous été accompagné dans vos démarches ? Comment ?
Oui on a eu la chance d'être bien accompagné ! Nous avons obtenu un prêt d'honneur grâce au 
SQY Cub qui nous a permis de créer l'entreprise et de se développer. Aujourd'hui nos locaux sont à la Station F, le plus grand campus de startup au monde. Nous avons également été soutenu par Pépite PON, un pôle destiné à l'entreprenariat étudiant sur Paris et par Schoolab.
L'
IPAG Business School, l'école où mon associé a suivi un master entreprenariat nous soutient également beaucoup dans nos démarches.

Comment se porte aujourd'hui votre entreprise ?
Très bien, notre réseau s'accroit de jour en jour, nous avons une centaine de coach référencé sur Paris et une vingtaine de salle de sport. Nous embauchons également trois stagiaires. Grâce à des subventions nous allons pouvoir passer à l'étape supérieure notamment en lançant le nouveau site web d'ici quelques mois.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune diplômé qui souhaite se lancer dans l'aventure de l'entreprenariat ?
Je peux en donner un certain nombre. Le premier c'est de faire chaque jour quelque chose qui nous fait peur, il faut savoir sortir de sa zone de confort. Il faut aussi tester de nombreuses choses, c'est en échouant que l'on apprend et si on n'échoue pas c'est que l'on a pas essayé suffisamment de choses. Ensuite, ça ne sert à rien d'attendre le projet parfait pour se lancer puisqu'il ne pourra jamais l'être. En plus, si l'on attend trop, on ne se lancera jamais. Enfin je dirais que c'est très important de croire en son projet et d'apprendre à être convaincant. Il faut se préparer à devoir vendre son projet lors de conférence par exemple.


Pour en savoir plus sur l'entreprise d'Alexandre Criscolo, rendez-vous sur :
 https://fitnss.fr

Retrouvez régulièrement de nouveaux portraits de nos diplômés dans la rubrique
 
Success Stories

Si vous aussi vous souhaitez partager votre expérience, adressez-nous un mail à l'adresse 
alumni@uvsq.fr.

Auteur :
Camille PARIS

Diplômé
  • entrepreneur
  • diplômé
  • témoignage
  • interview

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire