/medias/image/15599757835d2c48078d558.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Les outils numériques apportent-ils quelque chose à l'enseignement ?

Interviews, témoignages & portraits

-

06/11/2013

Le nouveau « vice-président numérique » s'appelle Stéphane Lopes. Mardi 5 novembre 2013, le conseil d'administration de l'UVSQ a chargé ce maître de conférences de l'UFR des sciences de préparer l'avenir numérique de l'université.

Qui êtes-vous, Stéphane Lopes ?

J'enseigne la programmation et les bases de données aux départements informatiques de l'UFR des sciences et de l'école d'ingénieurs ISTY depuis 2001. Je suis également chercheur au PRiSM (laboratoire d'informatique UVSQ/CNRS) dans le domaines des systèmes d'informations et des bases de données.

Qu’allez-vous faire en tant que vice-président au numérique ?

L'idée est de voir ce que les outils informatiques (e-learning) peuvent apporter à l'enseignement traditionnel. Cela passe notamment par les MOOCs (Massive Open Online Courses, en français cours en ligne ouverts à tous), par exemple sur la plateforme France Université Numérique proposée par le ministère. Nous allons voir comment l'université pourrait participer à l'expérience. A Saclay, nous participons au groupe e-learning qui travaille à la mise en commun des ressources de chaque participant. Je suis aussi chargé, en collaboration avec le Centre d'innovation pédagogique de l'université, de m'occuper des deux outils de e-learning qui cohabitent actuellement à l’université.

Qu'est-ce que les Moocs vont changer à la manière d'enseigner ?

Par définition, ces cours sont potentiellement ouverts à un grand nombre d'apprenants. Or, on ne peut pas corriger 10 000 copies. Il faut donc adapter les cours et les évaluations en combinant vidéos, questions à choix multiples, correction par les pairs, forums... Faute de pouvoir vérifier qui est derrière l'écran, ces formations ne peuvent pas encore être diplômantes.

Si les MOOCs ne sont pas adaptés à tous les contextes, certains cours pourraient bénéficier d'une partie de leurs pratiques : nous pourrions par exemple remplacer certains amphis par des travaux dirigés assortis de vidéos en ligne. Cela demande toutefois aux étudiants d'être suffisamment motivés et autonomes ce qui n'est peut-être pas adapté aux premières années. Dans un premier temps, il me semble important de mieux mettre en valeur les cours en ligne déjà existants et de faire le point avec les composantes.

903 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interviews, témoignages & portraits

Robin Duclos primé Jeune talent pour sa vidéo sur le cancer

User profile picture

Camille PARIS

27 février

1

Interviews, témoignages & portraits

Valérie Masson-Delmotte, dans le « TOP 10 » de Nature

User profile picture

Camille PARIS

04 février

Interviews, témoignages & portraits

Interview de Brigitte Feuillebois, infirmière et sociologue, au cœur de la transformation du système de santé

User profile picture

Camille PARIS

16 janvier

alumni.uvsq.fr